•  

    Des journées très chargées au bureau ne me laissent que peu de temps pour la maison, et avec les beaux jours il faut entretenir les extérieurs. Je suis donc rarement sur l'ordinateur, et ce sera encore comme ça jusqu'au 25 mai.

     

    Reprenons la visite du musée de temps à Besançon, où je suis allée le 4 avril dernier,

     

     

    cette fois avec des mécanismes de toutes sortes et de toutes tailles, et aussi de diverses époques.

     

     

     

    Ce beau meuble a retenu notre attention : il sert à la fois d'horloge mais aussi de calendrier 

     

     

    avec des systèmes qui permettent d'ouvrir des petites fenêtres

    les dimanches et à certaines dates précises de l'année

     

     

     

     

    Une petite devinette : savez vous à quoi sert exactement l'appareil ci-dessous ?

    Réponse à la fin de l'article.

     

     

     

    Nous sommes maintenant dans une partie du musée avec des appareils modernes comme celui-ci qui était utilisé dans des laboratoires en France où en Grande Bretagne.

    Les mécanismes avec rouages me paraissaient compliqués mais pour les appareils électroniques, même avec les explications, ce n'est pas mieux !! Mes connaissances en physique sont assez limitées ...

     

     

    L'heure GMT (Greenwich Mean Team) ça vous dit quelque chose ? C'est en quelque sorte l'heure légale solaire au méridien de Greenwich dit "méridien 0" situé près de Londres, qui servait de base pour tous les fuseaux horaires.

    Depuis 1972 elle a été remplacée par l'heure UTC (temps universel coordonné) défini par appareils qui émettent des fréquences, fini l'observation de la lune et du soleil. 

     

     

    L'appareil de ma photo est de l'ancienne génération, actuellement ce sont des horloges atomiques qui contrôlent l'heure légale, la première des françaises étant elle aussi exposée à Besançon.

    J'avoue que je me suis sentie complètement "dépassée" dans cette partie du musée. Il n'y a plus le côté esthétique agréable à regarder, et les nombreuses explications ne sont pas à la portée du commun des mortels.

     

     

     

    J'allais oublier ! il y a bien sur une salle réservée aux célèbres horloges comtoises ! Là aussi de belles œuvres.

     

     

    Réponse pour l'appareil mystère : c'est la première horloge parlante, mise en service en 1933. Et oui elle avait cette apparence de machine infernale ! Un cylindre supporte trois bandes qui permettent de décompter heures, minutes et secondes en tournant. 

    « Au 4e top, il sera exactement… » Cette formule rythme la vie de millions de Français depuis quatre-vingts ans. Le musée du Temps de Besançon (Doubs) expose toutes les horloges parlantes qui donnent l'heure par téléphone depuis 1933. L'Observatoire de Paris qui en est propriétaire a en effet décidé de déposer ses machines à Besançon

     

    Suite dans un prochain article, sur l'architecture du musée et une installation très spéciale. Je vous souhaite un bon weekend. 


    6 commentaires
  •  

    Bon 1er mai

     

    Après de longues journées hors de chez moi (retour le soir à 19 heures au plus tôt), je n'ai même pas pu profiter d'une vraie grasse matinée ce matin. Monsieur Capucin ne sachant pas que le 1er mai est en principe un jour de repos, il a commencé son bazar dès 6 heures. Grrrrr !

    Stress la semaine = migraine le weekend, je suis sûre que certains d'entre vous savent de quoi je parle. Mais je passerai vous voir rapidement, à défaut de sortir les derniers bilans "en vrai" ça les fera sortir de mes pensées.

    Bonne journée du premier mai à vous.


    9 commentaires
  •  

    Retour au musée du temps, installé dans le Palais Granvelle.

    Tout d'abord quelques mots sur les salles "histoire de la ville" où l'on peut voir par exemple des tableaux relatifs à des paysages ou des personnages locaux, avec quelques informations générales.  

    Extrait du site du musée : au rez de chaussée est présenté le plan relief de Besançon.

    Cette maquette au 1/600ème de la citadelle de Besançon est la reproduction de celle de Ladevèze datant de 1722 qui est conservée au musée de l’armée aux Invalides.

     

    Mesurer le temps autrement

     

    On ne se rend pas compte sur la photo, mais cette maquette occupe une pièce complète.

    A l'origine la ville n'était implantée qu'à l'intérieur de la boucle formée par le Doubs, et pour l'anecdote on en parlait déjà à l'époque de Jules César qui avait bien remarqué sa position stratégique.

    Sur la maquette on voit que les maisons ont commencé à être construites sur l'autre rive, le quartier "Battant".

    Pour comparaison je mets ci-dessous une photo du Besançon actuel.

     

    Mesurer le temps autrement

     

     

    Revenons à la mesure du temps.

    la première façon "mécanique" de se situer dans le temps c'était ... les cadrans solaires.

    En pierre, en bois, en fer, les matériaux et les styles sont variés.

     

    Mesurer le temps autrement

     

     

    Un autre type d'objet destiné à se situer dans le temps : les calendriers.

    Là encore il en existe de toutes sortes, de toutes époques.

     

    Mesurer le temps autrement

     

     J'avoue que le mode d'utilisation de certains m'a complètement échappé !

     

    Mesurer le temps autrement

     

    Nicolas Perrenot de Granvelle, qui a fait construire le palais de Granvelle au milieu des années 1500, était chancelier puis garde des sceaux de Charles Quint, la Franche-Comté ne faisant pas partie du royaume de France à cette époque.

    L'une des grandes salles est décorée de tapisseries murales racontant plusieurs moments importants de la vie de l'empereur romain germanique. 

    Mesurer le temps autrement

     

    Dans le prochain article, je vous montrerai d'autres objets destinés à donner l'heure.

    En attendant je vous souhaite une bonne semaine.

     


    4 commentaires
  •  

    Nous voici dans le musée du temps, installé dans le palais Grandvelle vu précédemment.

     

     

    Je n'ai pas pu faire beaucoup de photos des objets exposés :

    flash interdit, contre-jours, et quand même pas mal de visiteurs autour des vitrines.

     

     

    Dans cet article je vais vous montrer quelques objets de la partie "horlogerie" donc ceux qui indiquent l'heure.

     

     

     

    Du point de vue esthétique c'est la plus belle, il y a de magnifiques montres ou horloges,

    certaines sont de véritables petits bijoux. 

     

     

    Je n'ai pas fait de photo dans les salles consacrées aux montres modernes, dont les montres à quartz.

    Il y a d'intéressantes explications sur leur fonctionnement, mais parfois un peu compliqué tout de même ! 

     

     

     

    Plusieurs vitrines sont consacrées à la célèbre entreprise LIP qui a fait la une des journaux au début des années 1970.

    A noter qu'il y a aussi des peintures, tapisseries, photos, croquis ou autres documents des diverses époques.

     

     

     

     

    J'ai beaucoup aimé les horloges "à poser" anciennes, et je me suis permis d'emprunter des photos sur le net.

    Des merveilles que l'on peut admirer sous tous leurs aspects, et voir les petites pièces et rouages divers.

     

     

    J'ai encore quelques photos d'horloges destinées à compter les heures, mais aussi d'objets qui mesurent ou indiquent le temps d'autres façons, comme les sabliers des premières vues. Lesquels ? A suivre ...

    Bon weekend à vous tous.

      ..


    11 commentaires
  •  

    Coucou me revoilà !

    J'ai passé le weekend de Pâques chez ma fille à Besançon, je vais donc vous faire découvrir quelques aspects de cette ville que je trouve agréable, même par temps humide comme ce premier samedi d'avril.

     

    Pour commencer, franchissons la porte d'un palais dont la construction fut décidée en 1532.

     

     

    D'autres vues prises depuis les étages vous permettront de mieux voir les beaux toits typiques de cette région.

     

     

     

    Classé monument historique en 1842, propriété de la municipalité de Besançon depuis 1864,

    le palais a été transformé en musée à partir de 1950.

     

     

    Certes ce n'est pas le Louvre, mais ce musée est vraiment intéressant.

    Nous y avons passé plus de deux heures pour la modique somme de 2,50 € (il est gratuit pour les moins de 18 ans, les plus de 60 ans, les étudiants et les demandeurs d'emploi).

     

     

     

    Avant de commencer la visite, un salut à l'homme qui a décidé de faire construire ce palais,

    son portrait est dans l'une des salles :

     

     

    extrait d'internet :

    Homme d'État au service du Saint Empire (Ornans, Franche-Comté 1486 - Augsbourg 1550), comte de Bourgogne. Nicolas Perrenot fut l'un des principaux conseillers de Charles Quint à partir de 1530 (garde des sceaux), il participa aux premiers débats du concile de Trente (1545) et élabora l'Intérim d'Augsbourg (1548). Il fit construire à Besançon le vaste palais qui porte son nom (1534-1540),

     

    Avec toutes les photos que j'ai faites le weekend dernier, je pourrai composer plusieurs articles.

    Auparavant je passerai vous voir. Bonne fin de semaine.

     


    9 commentaires