•  

    Ça y est je suis en congés depuis mercredi soir, je vais donc pouvoir vous rendre visite virtuellement.

    Et préparer de nouveaux articles avec mes photos prises en avril à Besançon (Doubs)

     

    en congés !

     

    Mettez des chaussures confortables, on part à l'assaut de la citadelle !

    Bonne fin de semaine et à bientôt.

     


    6 commentaires
  • Nous terminons la visite du musée du temps, installé dans le palais Granvelle à Besançon. J'ai pris des vues de la ville depuis le haut de la tour où est le pendule de Foucault, et je les ai mêlées avec des photos des édifices religieux trouvées sur le net.

     

    Vue sur les clochers

    .

    la chapelle de l'ancien hôpital St Jacques.

    Vue depuis la tour

    .

     

    L'église St Maurice.

    Vue depuis la tour

     

    Je trouve les toits du palais et de certains bâtiments très beaux. A ma connaissance on ne peut les voir qu'en Franche Comté et en Bourgogne. Qu'en pensez vous ?

    Les photos ont été prises au travers de vitres un peu sales d'où quelques traces.

     

     

    Vue depuis la tour

    .

    L'église Sainte Madeleine.

    Vue depuis la tour

     

     

    L'église Saint Pierre.

     

    Vue sur les clochers

     

     

     

    De l'autre côté de la tour on aperçoit la cathédrale et la citadelle.

    Pour mémoire j'étais à Besançon à Pâques ce qui explique l'absence de feuilles sur les arbres.

     

    Vue sur les clochers

     

     

    La citadelle (que j'ai visitée le lendemain) et la vallée du Doubs.

     

    Vue sur les clochers)

     

    Ainsi se termine la visite du musée du temps. J'espère vous avoir donné envie d'y aller si vous avez l'occasion de séjourner dans le Doubs.

    Bonne fin de semaine (ouf ! la canicule est terminée, depuis mardi on respire mieux.

     


    9 commentaires
  • J'ai délaissé les blogs pendant plusieurs semaines pour de multiples raisons et occupations, plus ou moins gaies. Certains d'entre vous m'ont laissé des petits mots malgré mon absence. Il est temps de les remercier de leur fidélité en publiant la suite de mes découvertes faites à Besançon lors du weekend de Pâques.

     

    Un pendule géant

     

    Depuis octobre 2004 le musée du temps reproduit, dans sa tour, une expérience réalisée par le physicien et astronome français Léon Foucault (1819-1868). Son but : démontrer la rotation de la Terre de manière visible.

     

    Pour faire simple, cette affiche dans l'entrée du musée de Besançon :

     

    Un pendule géant 

     

    Pour plus de précisions :

    En 1851, le président Louis Napoléon Bonaparte convia les parisiens à « venir voir tourner la Terre » lors d’une démonstration publique au Panthéon. Foucault y avait fait installer un pendule géant de 67 mètres, qui, lors de ses lentes oscillations en apportait la preuve visible. La masse de 36 kg qui y était suspendue mettait 16.5 secondes pour effectuer un aller et retour, et laissait, grâce à un stylet fixée au bout de celle-ci, une trace dans un banc de sable.

    A la vue de tous, les traces évoluaient à chaque passage en se décalant un peu plus dans le sens des aiguilles d’une montre. Deux heures plus tard, le pendule avait déjà parcourut un angle de 22°. Nul ne doutait au milieu du XIXe siècle que la Terre tournait, mais jamais auparavant la preuve en avait été fournie d’une manière aussi saisissante.

     

    A Besançon le plateau au sol mesure 4,5 mètres de diamètre (photo du net) : 

     

    Un pendule géant

     

    Il faut savoir qu’une curieuse propriété du pendule est de garder toujours le même plan d’oscillation, même lorsque son support est en mouvement. Lors de l’expérience au Panthéon, ce n’est pas le pendule qui a changé sa direction d’oscillation, mais c’est bel et bien la rotation de la Terre autour de son axe qui est rendu visible. Personne ne se rend compte de ce mouvement, qui dépasse pourtant les 1600 km/h à l’Equateur !

    L’expérience de Foucault repose sur ce principe : Un observateur qui se trouve devant un pendule en oscillation tourne avec la Terre ainsi qu’avec son environnement, les murs, le plafond et le sol, sans s’en apercevoir. En revanche, le pendule, lui, oscille toujours dans la même direction. Ainsi, il devient un repère qui nous permet de percevoir ce mouvement de rotation. Nous avons la sensation de voir le pendule tourner, mais c’est en fait notre planète qui le fait.

     

     

    Un pendule géant

     

    A la différence de la première expérience de Foucault, pas de sable au musée du temps mais 64 aiguilles et environ 300 diodes pour vous indiquer la course apparente du pendule. Le câble mesure un peu plus de 13 mètres et la boule en laiton pèse 17,5 kg. L’oscillation du pendule est entretenue par un électroaimant situé au sol. Sans ce dispositif, le pendule finirait par s’arrêter.

    Il suffit d’avoir un peu de patience : Quand, toutes les 33 minutes environ, une des 64 aiguilles se retire et que toutes les 5 minutes s’allume une nouvelle diode, c’est que vous avez vu de vos propres yeux tourner la Terre !

    Photo prise du 2ème étage de la tour :

     

    Un pendule géant

     

    A Besançon il faut environ 8 heures pour que le pendule "fasse" un quart de tour. Il fait un tour entier (360°) en un peu plus de 32 heures. Le mouvement du pendule dépend de la latitude.

    Malheureusement il était en panne lorsque nous y sommes allées d'où sa position en plein milieu sur notre photo !

    Si les explications que j'ai trouvées sur le net ne sont pas assez claires, voici un lien où l'on peut avoir des schémas animés :

    http://www.sciences.univ-nantes.fr/sites/genevieve_tulloue/Meca/RefTerre/Foucault0.html

     

    Un pendule géant

     

     

     


    6 commentaires
  •  

    Toujours au palais Granvelle à Besançon.

    dans la tour

     

    Une photo trouvée sur le net pour vous montrer où le prochain article vous emmènera : tout là haut, dans cette tour qui ressemble à un clocher, où est installé un pendule géant ...

    Weekend de la Pentecôte chargé, mes enfants étaient à la maison avec des copains, fête de la bière à Charleville-Mézières : pas eu le temps de bloguer.

    dans la tour

     

    Plusieurs artisans brasseurs sont installés dans les Ardennes depuis plus de 10 ans. Ajoutés à nos voisins belges, cela faisait un nombre important de stands de dégustation ... où je ne me suis pas arrêtée puisque je n'aime pas la bière !

    Mais j'y suis allée le dimanche car il y avait un concert "rock celte" sympa donné par un groupe ardennais. 

    A bientôt.

     


    9 commentaires
  • Bonjour,

    une parenthèse dans les articles sur Besançon pour vous parler du livre que je vais bientôt terminer.

    L'histoire se déroule en grande partie dans le nord des Ardennes, dans la vallée de la Meuse plus précisément.

     

    LECTURE

     

     

    La romancière Françoise Bourdon est née dans les Ardennes en 1953. Après avoir enseigné l'économie pendant 17 ans elle s'est consacrée au journalisme et à l'écriture. Son deuxième roman "La forge au loup" a été publié en 2001. 

    extrait du net :

    Les Ardennes à la fin du XIXe siècle. Hermine a juste vingt ans lorsqu'elle épouse Séverin et part vivre à la propriété familiale où règne en maîtresse absolue la redoutable madame Lecoeur. La jeune femme se passionne rapidement pour la Forge au Loup, la prospère fabrique de boulonnerie que dirige sa belle-mère.

    A la mort de celle-ci, Hermine reprend seule les commandes de l'usine. Elle doit alors affronter avec courage et détermination les tourments d'un destin marqué par la trahison, la guerre et les amours manquées, portée par cette passion qui l'anime pour sa terre, sa maison et les siens...

    LECTURE

     

    Si vous aimez les sagas familiales et les histoires qui racontent la vie d'antan (ici les "ferreux" et leurs difficiles conditions de travail contre lesquelles "le communard" Jean-Baptiste Clément est venu se battre à Charleville) je vous conseille "la forge au loup".

    Le village où se situe la boulonnerie est imaginaire, mais d'après quelques indications (Hermine aime regarder les rochers des quatre fils Aymon) on peut le situer près de Bogny sur Meuse.

    Bonne fin de semaine à vous tous.

     


    8 commentaires