•  

    Encore un article sur les artistes présents à l'éco-festival de Charleville-Mézières.

    Cette fois il concerne une demoiselle qui habite le département voisin, la Marne. Si le rock ne vous branche pas, écoutez Amélie, son style folk sera peut-être plus agréable à vos oreilles.

     

    Présentation sur le site du cabaret :

    Sauvage et naturelle, la musique d’Amelie McCandless répond à l’atmosphère et l’univers du film Into The Wild : une folk tendue, simplement belle. Accompagnée de Gabin (guitare, chœurs) et Vincent (batterie), la chanteuse rémoise ramène dans ses bagages le son americana cher à Bob Dylan, et cultive une certaine passion : partager ses envolées de voix qui fichent des frissons.

     

     

    Cette année j'ai trouvé que 7 des groupes ou artistes locaux étaient vraiment bien.

    Si j'y pense je vous en présenterai d'autres un peu plus tard.

    Bonne fin de semaine.


    5 commentaires
  •  

    Samedi à l'éco-festival de Charleville, j'ai vu huit concerts intéressants. Celui que j'attendais, John Butler dont j'ai déjà parlé le 12 août, était vraiment super. Parmi les artistes connus il y avait Selah Sue, belle voix mais pas mon style.

    Mais aujourd'hui je vais vous parler de mon coup de cœur, il s'agit du groupe ALGIERS originaire d'Atlanta-USA où il s'est formé en 2007. C'est un rock où les mains sont très utilisées pour le rythme, ce qui est pratique pour faire participer le public.

     

     

    Extrait du site du festival :

    Considéré par certains observateurs comme étant le groupe à guitares le plus excitant du moment, Algiers déroule une musique contestataire et sombre, sur fond de groove spirituel. Une sorte de gospel-punk ahurissant sur scène et qui serait d’après le trio lui-même ce qu’ils ont « de plus proche d’une émeute : l’expression d’une frustration collective ». Bref, les trois garçons sont définitivement en colère

     

    Blood est leur premier single sorti en 2012, il est plus sombre. 

     

    Bonne découverte !


    3 commentaires
  •  

    Petit passage pour vous présenter mon coup de cœur de la journée de vendredi au festival de Charleville :

    le groupe punk Toy Dolls.

     

     

     

    Ce groupe britannique a été créé en 1979 et a sorti une douzaine d'albums (le dernier en 2012).

    Ils s'éclatent vraiment sur scène, en reprenant parfois des airs connus (générique de dessin animé ou la classique danse du sabre) mais arrangés à la sauce punk. Et le public en redemande!


    2 commentaires
  • Je vais être moins présente pendant quatre jours pour cause de festival à Charleville-Mézières, donc probablement peu de temps pour venir sur les blogs. Au programme : pop-rock sous toutes ses formes, électro, un soupçon de reggae. 

    Ce jeudi matin il a plut, pas de chance pour les bénévoles qui finissaient d'installer les stands et pour les campeurs qui ont déjà posé leurs tentes mercredi soir. Mais le soleil est annoncé pour l'après-midi et pour la fin de semaine !!

    Un peu de pub pour un duo ardennais. A-VOX constitué d'un frère et d'une sœur (20 et 18 ans) va avoir la chance de jouer sur l'une des scènes du Cabaret vert ce vendredi (après être passés par d'autres festivals).

     

     

    Vous êtes nombreux je pense à connaitre un peu Arthur Rimbaud qui a écrit "Au cabaret vert". Outre le nom du festival, d'autres endroits du site sont un clin d’œil au poète né dans les Ardennes : les deux scènes, Zanzibar et les illuminations, ainsi que l'une des buvettes : le bateau ivre.

    Pour ceux qui sont hermétiques à la musique pop-rock, voici le poème écrit en 1870. Bonne soirée à tous.


    Au Cabaret-Vert

    cinq heures du soir
     

    Depuis huit jours, j'avais déchiré mes bottines
    Aux cailloux des chemins. J'entrais à Charleroi.
     Au Cabaret-Vert : je demandai des tartines
    De beurre et du jambon qui fût à moitié froid.

    Bienheureux, j'allongeai les jambes sous la table
    Verte : je contemplai les sujets très naïfs
    De la tapisserie. 
     Et ce fut adorable,
    Quand la fille aux tétons énormes, aux yeux vifs,

     Celle-là, ce n'est pas un baiser qui l'épeure ! 
    Rieuse, m'apporta des tartines de beurre,
    Du jambon tiède, dans un plat colorié,

    Du jambon rose et blanc parfumé d'une gousse
    D'ail, 
     et m'emplit la chope immense, avec sa mousse
    Que dorait un rayon de soleil arriéré.

     


    4 commentaires
  • Cette fois nous allons faire le tour de ce que j'appelle la deuxième cour de la citadelle de Besançon.

     

    citadelle, la deuxième cour

     Après la visite du musée de la guerre, nous débouchons de l'autre côté du bâtiment des cadets.

     

    A notre gauche on devine la terrasse d'un café brasserie,

    pas de consommateur assis dehors en raison du vent frisquet qui soufflait ce dimanche d'avril.

     

    citadelle, la deuxième cour

     

    Pour le plus grand bonheur des enfants, des gardes en costume d'époque apprennent à manier l'épée

    et font des démonstrations de combat.

     

    citadelle, la deuxième cour

     

     

    Le passage vers la première cour et l'entrée du musée de la résistance et de la déportation.

     

    citadelle, la deuxième cour

     

     

    Nous ne nous sommes pas attardées dans cette cour mais il faut quand même que je donne quelques précisions sur les autres expositions qui occupent tous ces bâtiments :  

    - un insectarium (insectes, grenouilles, tortues)

    - un aquarium (poissons d'eau douce et écrevisses d'Europe).

    - un espace sciences de la vie et de la terre retraçant l'évolution des espèces 

     

    citadelle, la deuxième cour

     

    Le passage à gauche après le bâtiment des cadets permet aussi d'aller au noctarium

    où l'on peut observer des petits mammifères nocturnes de nos campagnes : loirs, campagnols, mulots etc

     

    citadelle, la deuxième cour

     

    A droite un autre atelier de démonstration, c'était une reconstitution de campement.

     

    citadelle, la deuxième cour

     

     

    Et tout au fond de la cour, dans un bâtiment qui accueille bar et resto rapide, le passage qui permet d'accéder aux escaliers pour monter sur les remparts et à la partie transformée en zoo (qui représente le quart de la surface de la citadelle).

     

    citadelle, la deuxième cour

     

    Le zoo nous n'y avons fait qu'un passage éclair et partiel, ça nous faisait mal au cœur de voir les animaux dans de petits enclos. Pas de photo.

    Avis tout à fait personnel, mais je dirais un zoo "à l'ancienne" qui ne peut enchanter que les enfants avides de voir en vrai lions, singes ou autres animaux venus d'ailleurs.

     

    citadelle, la deuxième cour

     

    Nous sommes ensuite montées sur les remparts, un seul côté accessible à ce moment là pour cause de travaux.

    Pour le prochain article mettez une petite laine, nous allons être en plein vent. A bientôt.

     


    6 commentaires
  •  

    Petite parenthèse locale avant de poursuivre la visite de la citadelle bisontine. Dans huit jours, ouverture de l'éco-festival musical "cabaret vert" à Charleville-Mézières, ça fait déjà un moment que j'ai mon pass pour les quatre jours.

    Trop hâte d'y être pour voir en vrai John Butler Trio, un groupe australien mélangeant les styles pop-rock-folk-blues, ci-dessous vidéo de "Zebra" pour laquelle ils ont eu la récompense de "chanson de l'année" en 2004 en Australie.

     

    C'est l'une des découvertes musicales faites par mon fils lors de son séjour en Australie. Ce groupe a sorti son premier album en 1998 et a sa propre maison de production, des indépendants qui ont malgré tout réussi à se faire connaître aux USA puis en Europe.

    Encore une vidéo, celle d'un concert au cas où vous auriez bien "accroché" au point d'en écouter plus :

     

     

    Encore un début d'après midi planquée dans la maison, 29° dehors à l'ombre. Bonne fin de journée à tous.

     

     


    5 commentaires