• Lecture, encore ! Lorsqu'il fait chaud je bouge peu donc je lis plus.

    Cette fois je vous conseille un livre dont le thème ne m'enchantait pas, l'enlèvement et la séquestration d'une fillette de onze ans, mais qui se révèle être un roman où l'espoir domine et qui comporte même quelques touches d'humour. Pas de violence, le kidnappeur n'est pas un pervers.

    Le début est un peu fouillis, les histoires parallèles ne se déroulent pas chronologiquement, mais à partir du moment où Madison (surnommée Twist par son grand-père) explique son enlèvement, ça devient compréhensible. En fait trois personnes racontent, chacune de leur côté, leur vie pendant que dure la détention.

     

    Il y a Madison elle-même qui tient un journal intime où elle "parle" du présent, du passé, du futur. L'enfant dynamique connait des moments de tristesse dans sa chambre sans fenêtre, elle a alors "le moral au fond des converses". Mais c'est une battante pleine de ressources qui devient une ado positive malgré ses conditions de vie.

    Il y a aussi les lettres que Léonore la maman écrit régulièrement à sa fille pour soulager ses angoisses. Personne ne les lit, elle les cache et a prévu de les brûler lorsque Madison reviendra.

    Et enfin il y a les récits de Stanislas, un étudiant qui donnait des cours de tennis à Madison avant son enlèvement et dont elle était amoureuse. Lui vit une autre forme de captivité, une sorte de prison psychologique. Pour lui aussi l'écriture est un exutoire.

    lecture suite

    .

    Ce roman a été publié en 2008, c'est le 3ème des 8 livres écrits par Delphine Bertholon. Elle semble s'être inspirée du cas réel de la jeune autrichienne enlevée à 10 ans et séquestrée de 1998 à 2006.

    Mais ici pas de faits sordides, c'est une lecture divertissante. Je vous souhaite une bonne semaine.


    8 commentaires
  • Pour mon nouvel article j'hésitais entre le Doubs et le Bas-Rhin, j'ai choisi de vous présenter le livre que j'ai terminé la semaine dernière :

     

    lecture

     

    Dans les médias on entend régulièrement parler de Guillaume Musso, "la fille de papier" est paru en 2013. C'est le 2ème de ses romans que je lis et là encore j'ai apprécié.  

    Extrait :

    « Trempée jusqu’aux os et totalement nue, elle est apparue sur ma terrasse au beau milieu d’une nuit d’orage.

    – D’où sortez-vous ?
    – Je suis tombée.
    – Tombée d’où ?
    – Tombée de votre livre. Tombée de votre histoire, quoi ! »

    L'histoire :Tom Boyd, un écrivain célèbre en panne d’inspiration suite à une rupture sentimentale, voit surgir dans sa vie l’héroïne de ses romans. Elle est jolie, elle est désespérée, elle va mourir s’il s’arrête d’écrire. Impossible ? Et pourtant ! Ensemble Tom et Billie vont vivre une aventure extraordinaire, où la réalité et la fiction s’entremêlent et se bousculent dans un jeu séduisant et mortel, qui les emmène des Etats-Unis au Mexique puis à Paris...

    Mystère, action, suspens et amour : un bon cocktail même si ce n'est pas de la grande littérature.

    Attention aux pétards dans certaines régions, risque d'incendies !! Ici il est tombé de bonnes averses depuis dimanche midi. Je voulais profiter de mon jour de récup pour tailler les haies, tout est trempé ! Donc j'ai le temps de publier ce petit article.

    Bon 14 juillet.


    5 commentaires
  • Nous terminons la visite du musée du temps, installé dans le palais Granvelle à Besançon. J'ai pris des vues de la ville depuis le haut de la tour où est le pendule de Foucault, et je les ai mêlées avec des photos des édifices religieux trouvées sur le net.

     

    Vue sur les clochers

    .

    la chapelle de l'ancien hôpital St Jacques.

    Vue depuis la tour

    .

     

    L'église St Maurice.

    Vue depuis la tour

     

    Je trouve les toits du palais et de certains bâtiments très beaux. A ma connaissance on ne peut les voir qu'en Franche Comté et en Bourgogne. Qu'en pensez vous ?

    Les photos ont été prises au travers de vitres un peu sales d'où quelques traces.

     

     

    Vue depuis la tour

    .

    L'église Sainte Madeleine.

    Vue depuis la tour

     

     

    L'église Saint Pierre.

     

    Vue sur les clochers

     

     

     

    De l'autre côté de la tour on aperçoit la cathédrale et la citadelle.

    Pour mémoire j'étais à Besançon à Pâques ce qui explique l'absence de feuilles sur les arbres.

     

    Vue sur les clochers

     

     

    La citadelle (que j'ai visitée le lendemain) et la vallée du Doubs.

     

    Vue sur les clochers)

     

    Ainsi se termine la visite du musée du temps. J'espère vous avoir donné envie d'y aller si vous avez l'occasion de séjourner dans le Doubs.

    Bonne fin de semaine (ouf ! la canicule est terminée, depuis mardi on respire mieux.

     


    9 commentaires